Accueil » Les instruments de musique de l’île de La Réunion

Les instruments de musique de l’île de La Réunion

par

Dans les entrailles de la terre, dans le souffle de l’océan Indien, dans le murmure des fêtes et dans la saveur épicée des danses créoles, se cachent les secrets des instruments de musique de l’île de la Réunion. Un héritage ancien, un brin de modernité et une bonne dose d’authenticité se mêlent ici pour célébrer l’art de la musique réunionnaise. Alors, plongez dans le rythme tropical de l’île avec nous, découvrez ses instruments traditionnels et leurs sonorités envoûtantes qui font battre le cœur de La Réunion.

Une histoire musicale ancrée dans la tradition : le Maloya

Le Maloya, l’une des deux musiques principales de l’île avec le Sega, est un art né de la douleur des esclaves. Dans le passé, ils utilisaient des instruments faits de matériaux trouvés dans la nature pour exprimer leur peine. Ces instruments étaient principalement des instruments à percussion comme le rouleur, le kayamb ou le pikèr.

Le rouleur est un grand tambour en forme de tonneau, couvert d’une peau de chèvre tendue. Le son riche et profond de cet instrument est le battement de cœur du Maloya.

Le kayamb, fabriqué à partir de cannes de sucre et de graines de canique, produit un son à la fois doux et rythmé. C’est l’instrument qui donne la cadence dans les ambiances musicales.

Le pikèr, avec ses rangées de clous ou de pointes, est joué avec deux baguettes de fer. Il ajoute un bruit strident et une vibration intense aux musiques.

Les figures emblématiques : Alain Peters, Emmanuel Virin, Benjamin Bobre

La musique réunionnaise compte plusieurs figures emblématiques qui ont marqué son histoire et contribué à son évolution. Alain Peters, par exemple, est une véritable icône du Maloya. Sa voix puissante et son jeu à la guitare ont donné une nouvelle dimension à cette musique. Il a réussi à unir la tradition et la modernité, créant un style unique qui continue d’influencer les musiciens réunionnais.

Emmanuel Virin, est un autre artiste qui a laissé une empreinte indélébile sur la scène musicale de l’île. Virin était un maître du kayamb et un fervent défenseur du Maloya traditionnel. Il a grandement contribué à la préservation de cette musique et de ses instruments.

Benjamin Bobre, quant à lui, est un luthier réputé qui fabrique des instruments traditionnels à la perfection. Il est particulièrement connu pour ses tambour malbar et ses kayamb, qui sont très demandés par les musiciens de l’île.

Le Sega, l’autre musique de l’île

Si le Maloya est l’expression de la douleur des esclaves, le Sega, lui, est la musique de la joie et de la fête. Les instruments utilisés pour le Sega sont légèrement différents de ceux du Maloya. Le ravanne, un tambour recouvert d’une peau de chèvre, est l’un des principaux instruments de cette musique. Il est souvent accompagné par le triangle et la maravanne, un instrument fait de graines secouées dans une boîte.

Le Sega est également célèbre grâce à Serge Gélabert, un photographe et musicien qui a contribué à la popularisation de cette musique. Gélabert a réussi à capturer l’essence du Sega dans ses photographies et ses compositions, contribuant ainsi à la reconnaissance de cette musique au niveau international.

Vers une musique réunionnaise moderne

Aujourd’hui, la musique réunionnaise continue d’évoluer, intégrant de nouveaux sons et styles. Des instruments modernes comme la guitare, la basse ou le synthétiseur se mêlent aux instruments traditionnels pour créer une musique réunionnaise résolument moderne.

Cela ne signifie pas pour autant que la tradition est oubliée. Au contraire, les musiciens de l’île de la Réunion sont fiers de leur patrimoine musical et continuent de le célébrer à travers leurs compositions. La musique réunionnaise est un bel exemple d’une culture qui embrasse le changement tout en restant fidèle à ses racines.

Les instruments de musique de l’île de La Réunion, avec leurs sonorités particulières et leurs résonnances ancestrales, donnent vie à une symphonie enchanteresse. Ces instruments, témoins d’une histoire riche et parfois douloureuse, sont le reflet de la culture réunionnaise, une culture qui a su se réinventer tout en préservant ses traditions. Que ce soit à travers le rythme envoûtant du Maloya ou les notes joyeuses du Sega, la musique de La Réunion invite à la découverte et à la célébration. Alors, laissez-vous porter par le son du rouleur, du kayamb ou du ravanne, et découvrez l’âme musicale de cette île enchantée.

Articles Liés